Hôpitaux de jour de médecine et d’oncologie

Hôpitaux de jour de médecine

En médecine, le virage ambulatoire se décline à travers trois types de prises en charge : thérapeutique oncologique, thérapeutique non oncologique, diagnostique. Selon les flux de patients et selon l’histoire des établissements, on trouvera des hôpitaux de jour dans chaque spécialité ou mutualisés entre plusieurs spécialités voire un hôpital de jour complètement polyvalent.

Pour les séjours thérapeutiques, les difficultés sous-jacentes à la mutualisation sont de maintenir à l’hôpital de jour les compétences médicales et soignantes nécessaires à une bonne qualité de prise en charge. Pour les séjours diagnostiques, la problématique essentielle est la programmation et la synchronisation des multiples plateaux techniques. Enfin, les évolutions réglementaires et de tarification pèsent sur ces réflexions en faisant varier les prises en charge éligibles.

De l’accompagnement de vos équipes dans une dynamique de développement de l’ambulatoire en médecine jusqu’à la reconception de vos locaux pour favoriser la rotation et la qualité de prise en charge, APSIS Santé est à votre service dans toutes les phases de votre projet.

 

Hôpitaux de jour d’oncologie

Poche de perfusionLa prise en charge spécifique de l’oncologie a conduit la majorité des établissements à identifier une entité dédiée à cette spécialité afin de faire bénéficier aux patients, dans un lieu unique, d’une prise en charge globale (médicale, soignante, psychologique et autre) de qualité, dispensée par des professionnels spécialisés.

Dans le souci de faire passer le juste temps utile au patient à l’hôpital, les parcours doivent être fluides, les organisations claires et structurées.

 

Quatre pré-requis conditionnent une organisation efficiente pour un environnement de travail agréable et un pilotage régulier :

 

Formaliser

Le fonctionnement de l’unité doit être clair, organisé, régulé afin que chaque acteur intervienne au bon moment, au bon endroit, d’assurer des pratiques harmonisées et de structurer le partage de l’information. Outre l’organisation pratique, ce sont les différents parcours patients qui nécessitent d’être identifiés et écris, ce travail est le prérequis à l’anticipation, la programmation et la coordination.

 

Programmer

Si elle permet d’apporter de la visibilité au patient sur son parcours et de faciliter la coordination de ce dernier, la programmation s’avère être un véritable enjeu de performance de l’organisation puisqu’elle permet d’organiser et de lisser l’activité et de réaliser bien en amont les ajustements qui pourraient s’avérer nécessaires. Elle requiert au préalable une évaluation des temps associés à chaque étape de la venue du patient et des délais entre les différents jalons du parcours.

 

Anticiper

Son parcours auprès du patient par la délivrance d’une information claire et adaptée, de conseils avisés et de la mise en place de dispositifs et de moyen visant à sécuriser son parcours notamment en inter-cure.

Sa venue, en s’assurant de sa présence au plus tôt, en identifiant des patients pour qui le « OK chimio » peut être anticipé, en optimisant les temps associés à la validation médicale, en organisant les relations avec la PUI.

 

Coordonner/ synchroniser :

La prise en charge étant globale et pluridisciplinaire, elle fait intervenir un grand nombre d’acteurs autour du patient, sur des temps plus ou moins courts.

La coordination et synchronisation des différents temps de prises en charge par les intervenants quels qu’ils soient sont nécessaires à la fluidité de l’organisation et à la qualité des prestations.

Un traitement particulier doit être fait aux liens avec la pharmacie. Si une unité de chirurgie ambulatoire ne peut revoir le parcours patient sans questionner l’organisation du bloc opératoire, un hôpital de jour d’oncologie ne peut s’organiser sans intégrer les enjeux inhérents (délais, coûts, durée de vie des produits…) à la production des cytotoxiques.