Construction du 1er EHPAD sur les îles de Wallis et l’archipel de Horn (île de Futuna et île d’Alofi).

Cap sur les paradis perdus

Situées à environ 16 000 km de la France, 8 000 km de Los Angeles, 4 000 km de Sydney, les îles de Wallis et Futuna sont accessibles par voie maritime ou aérienne lorsque les conditions météorologiques sont clémentes.

Véritables pépites du pacifique sud, les îles doivent leurs noms aux premiers navigateurs occidentaux qui les ont accostées: marins hollandais originaires du port de Hoorn succédés par l’illustre capitaine Samuel Wallis. « Le métier de marin pousse ceux qui le professent à vouloir connaître les secrets de ce monde. » C.Colomb

Territoires d’outre-mer français depuis 1961, Wallis et Futuna disposent d’un statut juridique qui leur est propre. Si le préfet représente l’état, il est assisté du Conseil Territorial. Ledit conseil étant constitué de 3 chefferies (1 roi à Wallis, 2 rois à Futuna), ainsi que de 3 représentants nommés par le préfet et approuvés par l’Assemblée Territoriale.

Des problématiques inhérentes à l’évolution des modes de vie

Les personnes âgées dépendantes sont une frange de la population émergente sur les îles de Wallis et Futuna. La tradition aurait voulu que les jeunes prennent soins des plus âgés.

Or, la fuite des jeunes talents vers l’Australie et vers l’Europe impacte la coutume ancestrale, et entraîne une perte de la solidarité familiale.

Face à cette situation, le déploiement d’une nouvelle offre de soins – adaptée aux besoins de la population âgée dépendante – semble essentiel.

Entre coutumes et modernités, de nombreuses questions restent à aborder quant aux spécificités locales et aux modalités de fonctionnements du futur établissement.

Une mission sous le prisme d’enjeux atypiques

Les principaux enjeux de la mission APSIS Santé, Sophie Petit-Jouvet Santé Conseil et CAPSE  sont les suivants :

Le respect des us et coutumes locaux : traditions ancestrales, place prépondérante de la religion, modernité

La prise en compte des contraintes inhérentes au contexte insulaire : approvisionnement sporadique, dépenses de soins importantes relatives aux transferts de patients vers Wallis et l’Australie, ainsi qu’aux dépenses de personnels médicaux pour être attractif

La force de proposition pour déployer une offre de soins inexistante à ce jour : propositions de modes organisationnels, de technologies facilitant la prise en charge

La préservation du patrimoine environnemental : protection du lagon, de la foret, de la mangrove

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.